L’arme secrète des grands leaders

/L’arme secrète des grands leaders

Cet excellent, à mon avis, article de Melba J. Duncan paru dans le Harvard Business Review en mai 2011, est toujours, sinon de plus en plus, pertinent.

Comme la technologie a transformé les milieux de travail, les entreprises ont fortement réduit le nombre d’adjoints administratifs. Dans leur zèle à réduire les dépenses, de nombreuses organisations laissent maintenant des cadres intermédiaires et supérieurs, hautement rémunérés, organiser leurs propres voyages, rédiger leur compte de dépenses et planifier leurs réunions.

Dans cet article, madame Duncan, recruteuse de longue date des adjoints pour les cadres supérieurs, fait valoir qu’un bon adjoint augmente essentiellement la productivité du dirigeant et, s’il est bien « utilisé », offre un solide rendement en matière de productivité.

Voici un passage que je trouve particulièrement intéressant.

« Embaucher le bon adjoint peut être un défi. À certains égards, c’est plus difficile que de pourvoir les postes de gestion traditionnels, parce que la chimie personnelle et la collaboration dynamique sont très importantes, parfois plus que les compétences ou l’expérience.

Les adjoints expérimentés comprennent les besoins et les caractéristiques implicites des personnes avec lesquelles ils travaillent. Ils ont un niveau élevé d’intelligence émotionnelle. Ils répondent à des indices subtils et réagissent avec pertinence à la situation. Ils portent une attention particulière aux changements dans le comportement et au tempérament d’un dirigeant. De plus, ils comprennent que le jugement est la base d’une relation de travail harmonieuse. Un bon adjoint apprend vite ce dont la direction a besoin, quelles sont ses forces et ses faiblesses, ce qui pourrait déclencher la colère ou le stress. Il sait s’adapter au style personnel du dirigeant. De bonnes synergies sont difficiles à trouver. Voilà la raison pour laquelle certains bons adjoints suivent leur patron d’un emploi à l’autre.

Les cadres qui ont la chance d’avoir un adjoint qualifié peuvent trouver un moyen de lui déléguer des tâches plus complexes. La relation cadre-adjoint est un partenariat d’affaires gagnant-gagnant. En fait, il est gagnant-gagnant-gagnant, car en fin de compte, c’est l’entreprise qui récoltera les profits. »

2017-05-22T09:46:44+00:00 18 novembre 2014|Adjointe virtuelle|0 Comments

Laisser un commentaire